La Fast Fashion

Autrefois, l'achat de vêtements était un événement occasionnel - quelque chose qui se produisait peu de fois dans l'année lorsque les saisons changeaient, ou lorsque nous étions trop grands pour ce que nous possédions dans notre dressing. Mais il y a environ 20 ans, quelque chose a changé. Les vêtements sont devenus plus abordables, les cycles de tendances se sont accélérés et le shopping est devenu un véritable hobby. La mode rapide et les multinationales qui dominent aujourd'hui nos grandes rues et le shopping en ligne ont fait leur apparition. Mais qu'est-ce que la fast fashion ? Et quel est son impact sur les gens, la planète et les animaux ?

C'était trop beau pour être vrai. Toutes ces grandes enseignes proposant des tenues cool et tendances, comme des jeans, t-shirt, que chacun pouvait acheter avec sa petite monnaie, porté une poignée de fois, puis jeté. Soudain, tout le monde pouvait se permettre de s'habiller comme sa célébrité préférée ou de porter les dernières tendances tout juste sorties du défilé.

Puis en 2013, le monde a fait face à la réalité lorsque le fabricant de vêtements Rana Plaza, au Bangladesh, s'est effondré, tuant plus de 1 000 travailleurs. C'est alors que les consommateurs ont commencé à s'interroger sur la fast-fashion et à se demander quel était le coût réel de ce t-shirt à 5 euros. Si vous lisez cet article, vous connaissez peut-être déjà le côté sombre de la fast fashion, mais il vaut la peine d'explorer comment l'industrie textile en est arrivée là.

Qu'est-ce que la Fast Fashion ?

Qu'est-ce que la fast fashion ?

La Fast Fashion peut être définie comme des habits bon marché et à la mode, qui puisent des idées dans la culture des défilés de grands stylistes ou des célébrités et les transforment en vêtements dans les commerces à une vitesse fulgurante pour répondre à la demande des consommateurs. Son objectif est de mettre sur le marché le plus rapidement possible les nouveaux styles, afin que les acheteurs puissent les acheter lorsqu'ils sont encore au sommet de leur succès, puis, malheureusement, les jeter après seulement quelques utilisations. Cette méthode repose sur l'idée que la répétition des vêtements est un faux pas de la mode et que, si l'on veut rester dans le coup, il faut se mettre au goût du jour. Il s'agit d'un des éléments clés du système nocif de surproduction et de surconsommation qui a fait du secteur de la mode l'une des industrie les plus polluantes au monde. Avant d'essayer de la changer, jetons un coup d'œil à l'histoire.

Machine à Coudre

Comment la fast fashion est-elle arrivée ?

Pour comprendre comment la fast fashion est apparue, il faut revenir un peu en arrière. Avant les années 1800, la mode était lente. Il fallait se procurer ses propres matières premières, comme la laine ou le cuir, les préparer, les tisser, pour fabriquer ses vêtements.

La révolution industrielle a introduit une nouvelle technologie, comme la machine à coudre. La fabrication de vêtements est alors devenue moins compliquée, donc plus rapide et moins coûteuse à confectionner. Les ateliers de fabrique des vêtements ont vu le jour pour répondre aux besoins des classes moyennes.

Beaucoup de ces ateliers de couture faisaient appel à des groupes de confectionneurs ou à des artisans à domicile. C'est à cette époque qu'apparaissent les ateliers de misère, ainsi que certains problèmes de sécurité bien connus. Le premier grand désastre dans une usine de vêtements a été l'incendie de la Triangle Shirtwaist Factory de New York en 1911. Il a coûté la vie à 146 ouvriers de l'habillement, dont beaucoup étaient de jeunes immigrantes.

Dans les années 60 et 70, les jeunes créent de nouvelles tendances et leurs tenues deviennent une forme d'expression personnelle, mais il existe toujours une distinction entre le prêt-à-porter et la haute couture.

À la fin des années 1990 et dans les années 2000, la mode à bas prix atteint son point culminant. Le shopping en ligne a décollé, et les détaillants de fast fashion comme les grandes enseignes, que nous connaissons bien aujourd’hui, se sont emparés de la place. Ces marques de mode ont utilisé les caractéristiques et les éléments de création des grandes maisons de couture pour les reproduire rapidement et à moindre coût. Comme chacun peut à présent acheter des vêtements à la mode quand il le souhaite, il est facile de comprendre comment le phénomène a pris de l'ampleur.

 Comment Repérer une Marque de Fast Fashion ?

Comment repérer une marque de fast fashion?

Certains facteurs clés sont communs aux marques de fast fashion :

Une multitude de styles, qui reflètent toutes les dernières tendances.

Un délai de production extrêmement court entre le moment où une tendance ou un vêtement est vu sur le podium ou dans les médias et celui où il arrive dans les boutiques.

L'industrie de production délocalisée où la main-d'œuvre est la moins chère, avec l'utilisation de travailleurs à faible salaire sans droits ni sécurité adéquats, ainsi que des chaînes logistiques complexes avec une mauvaise visibilité au-delà du premier niveau et de la sous-traitance.

Comme de nouveaux stocks arrivent en magasin à intervalles réguliers, les acheteurs savent que s'ils n'achètent pas ce qui leur plaît, ils vont certainement manquer cette occasion.

Des matériaux bon marché et de mauvaise qualité, où les vêtements se dégradent après seulement quelques utilisations, sont jetés.

 Quel est l'Impact de la Fast Fashion ?

Quel est l'impact de la fast fashion ?

Les conséquences de la Fast Fashion sur la planète sont colossales. La pression exercée pour réduire les coûts et accélérer le temps de production signifie que l’impact environnemental est plus susceptible d'être amplifié. L'impact néfaste de la mode rapide comprend l'utilisation de teintures textiles toxiques et bas de gamme, ce qui fait de l'industrie de la mode le deuxième plus grand pollueur d'eau propre au monde après l'agriculture. Par conséquent, Greenpeace ne cesse de faire pression sur les grandes chaînes d'approvisionnement pour qu'elles retirent les produits chimiques dangereux de leurs chaînes de production, grâce à ses campagnes de détoxification de la mode.

Les matériaux bon marché ont également un impact sur la fast fashion. Le polyester est l'un des tissus les plus vendus. Il est dérivé de combustibles fossiles, contribue au réchauffement climatique et peut perdre des microfibres qui s'ajoutent à la quantité croissante de matières plastiques dans nos océans lorsqu'il est lavé. Mais même les "tissus naturels" peuvent poser un problème à l'échelle que la mode rapide les réclame. La culture du coton classique nécessite d'énormes quantités d'eau et de pesticides dans les pays en développement. Il en résulte des risques de sécheresse et une énorme pression sur les bassins hydrauliques, ainsi qu'une concurrence pour les ressources entre les entreprises et les communautés locales.

La rapidité et la demande incessantes signifient également que d'autres facteurs environnementaux, tels que le déboisement des forêts, la biodiversité et la santé des sols, sont de plus en plus affectés. L’industrie du cuir a également un impact sur l'environnement, avec l'ajout de 300 kg de produits chimiques pour 900 kg de peaux animales tannées.

La vitesse à laquelle les vêtements sont fabriqués signifie également que de plus en plus de vêtements sont jetés par les consommateurs, créant ainsi une gigantesque quantité de déchets textiles. Rien qu'en Australie, plus de 500 millions de kilos de vêtements non désirés finissent chaque année dans des décharges.

Outre le coût environnemental de la fast fashion, il y a un coût humain.

La fast fashion a un impact sur les travailleurs de l'industrie du vêtement qui évoluent dans des conditions de travail dangereuses, pour de faibles salaires et sans respect des droits de l'homme fondamentaux. Plus en amont de la chaîne de production, on trouve les agriculteurs qui travaillent avec des produits chimiques toxiques qui peuvent avoir des effets ravageurs sur leur santé physique et mentale, un problème mis en évidence par le documentaire The True Cost.

Les animaux sont également touchés par la fast fashion, par les colorants toxiques qui sont libérés dans les cours d'eau et les microfibres qui sont souvent ingérées par la vie océanique. L'utilisation de matériaux d'origine animale tels que le cuir et la fourrure met en danger le bien-être de ces derniers. De nombreux rapports révèlent que la vraie fourrure, y compris celle des chats et des chiens, est souvent présentée comme de la fausse fourrure à des acheteurs non avertis. La vérité est qu'il y a tellement de vraie fourrure produite dans de terribles conditions dans les fermes à fourrure, qu'elle est en fait devenue moins chère à produire et à acheter que la fausse fourrure !

Enfin, la fast fashion peut avoir un impact sur les consommateurs eux-mêmes, en encourageant la culture du "jetable" en raison à la fois de l'obsolescence des produits et de la vitesse à laquelle les tendances sont produites. La fast fashion nous fait croire que nous devons faire de plus en plus de shopping pour rester à la pointe des tendances, ce qui crée un sentiment constant de besoin et d'insatisfaction totale. Cette tendance a également été critiquée pour des raisons de propriété intellectuelle, certains designers affirmant que leurs créations ont été fabriquées illégalement en série par des détaillants.

 La Fast Fashion devient-elle Verte ?

La fast fashion devient-elle verte ?

Alors que de plus en plus de consommateurs s'interrogent sur le coût réel de cette industrie, et en particulier de la fast fashion, nous avons vu un nombre croissant de distributeurs mettre en place des initiatives de mode durable et de mode éthique, comme des programmes de recyclage en magasin. Ces programmes permettent aux clients de déposer les articles dont ils ne veulent plus dans les "poubelles" des enseignes. Mais il a été constaté que seulement 0,1 % de tous les vêtements collectés par les organisations caritatives et les programmes de collecte sont recyclés en nouvelles fibres textiles.

Nous ne le répéterons jamais assez, le véritable problème de la fast fashion est la vitesse à laquelle elle est produite, ce qui exerce une énorme pression sur les personnes et l'environnement. Les petites gammes de vêtements et accessoires écologiques ou végans et le recyclage ne suffisent pas à s’opposer à la "culture du jetable", le gaspillage, la pression sur les ressources naturelles et la multitude d'autres problèmes engendrés par la mode rapide. Il est nécessaire de changer la totalité du système.

Who made my clothes?

La fast fashion est-elle en déclin ?

On observe quelques changements dans l'industrie de la mode. L'anniversaire de l'effondrement du Rana Plaza est maintenant la “Fashion Revolution Week” (Semaine de la Révolution de la Mode), où les gens du monde entier se demandent "Who Made My Clothes?" ("Qui a fait mes vêtements?"). La Fashion Revolution déclare ainsi : "nous ne voulons pas que nos vêtements exploitent les gens ou détruisent notre planète".

Les Millennials, les moteurs de la future économie, n'ont peut-être pas attrapé le virus de la fast fashion. Certains ont affirmé que la génération Y est "devenue bien trop perspicace pour une surconsommation irréfléchie, forçant les producteurs de vêtements et accessoires à devenir plus éthiques, plus innovants et plus ouverts".

Il existe également un intérêt croissant pour une évolution vers un modèle de production textile plus circulaire, recyclant les matériaux partout et chaque fois que cela est possible. En 2018, Vogue Australia et Elle UK ont consacré des numéros entiers de leurs magazines à la mode responsable, une tendance reprise chaque année par de plus en plus de grands noms.

 Contrer la Fast Fashion

Que pouvons-nous faire ?

Chez L'atelier de Charlotte, nous adorons cette citation de la créatrice britannique Vivienne Westwood : "Achetez moins, choisissez mieux, faites durer". 

Acheter moins est la première étape, donc être plus responsable et créer des sacs et accessoires uniques est quelque chose qui est primordial dans votre aventure.

Mieux choisir est la deuxième étape, et le choix d'un tissu écologique est complexe car il y a des avantages et des inconvénients à tous les types de fibres, comme le denim, le lin, le coton et plus encore. C’est pourquoi nous avons décidé de donner une seconde vie à des matériaux déjà existants et originellement destinés à une fin peu glorieuse pour toutes nos créations.

Pour finir, nous n’avons plus qu’à entretenir et utiliser nos accessoires et vêtements jusqu'à ce qu'ils soient réellement usés et en fin de vie !

Collections Femme